forum du boutmenteux à Fécamp: La Peche A Boulogne Sur Mer - forum du boutmenteux à Fécamp

Aller au contenu

  • (20 Pages)
  • +
  • « Première
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • Dernière »

La Peche A Boulogne Sur Mer

#211 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 01 mai 2010, 19:38

çà ................au moins ,ça avait de la gueule ... :zesaispo:/> diablee/> qu elle ligne ....

le seul désavantage de ces bateaux , c etait la traine par le travers , qui limitait le travail par mauvais temps !

autrement qu elle beauté !

#212 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 01 mai 2010, 19:42

Voir le messagel, le 01 mai 2010, 18:44 , dit :

oui je me rappelle de ce bateau il etait superbe nous sur notre petit RAPHAEL de 38 m on le regardait avec envie

les freres CALON en 60 ils etaient 4 a commander AUGUSTE LEON ANDRE ET FRANCOIS

il faisaient le métier du hareng avec nous au mois de novembre


t'as raison l'ram
pour mon cousin et pour l'batio,la puissance en plus et la ligne des 56m qui etait magnifique

le cap st jean

Image IPB
bonsoir

#213 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 635
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 02 mai 2010, 11:27

J'ai fait une marée à Utsire en 57 sur le Viking Bank, construit à Bremerhaven, avec Léon Calon comme patron. Je l'ai vu donner des coups de sabots dans la base du compas parce que le chalut s'était déchiré et beaucoup de poissons s'échappaient !

#214 L'utilisateur est hors-ligne   l'ramendeux 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 10 364
  • Inscrit(e) : 21-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:né a FECAMP

Posté 02 mai 2010, 12:27

oui TAQ ils avaient de la gueules ces batios la autre chose que les caisses a savon a CHARLOTTE :zesaispo:/>

TU SAIS FORCI des patrons tout fou il y en a toujours eu que ce soit a BOULOGNE FECAMP ou en BRETAGNE

PORTE DE PASSERELLE FOUTUE A l ' eau ou crachat a la figure du second parceque celui ci avait fait des avaries

ou monter un chalut dans le car qui allait de BOULOGNE A FECAMP

mais tout ça ne sont peut etre que des rumeurs le mot rumeur est a la mode en ce moment diablee/>

#215 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 02 mai 2010, 12:41

:zesaispo:/> diablee/> sous le carreau ou le patron du TROU au QUIN passait la tete pour les manoeuvres ......le bas de la cloison etait plutôt massacré pas les coups de pieds ................quand ça marchait pas comme il voulait , ou que les filets montaient blancs .....z' avaient intérêt a faire profil bas sur le pont ... diablee/> lala/>

#216 L'utilisateur est hors-ligne   alkazart 

  • Matelot leger
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 71
  • Inscrit(e) : 08-octobre 09
  • Gender:Female

Posté 02 mai 2010, 13:15

[quote name='perdros76' date='01 mai 2010, 18:31 ' timestamp='1272735064' post='167127']
cela a du etre laborieux comme remorquage,et le temps pour revenir au moins moitié plus.
ce que j'ai a vous offrir sur:
voila le saint jean batiste de la salle..
je ne sais si je devais le mettre dans anecdotes de mer
Le navire " Saint Jean-Baptiste de la Salle" appartenait au comptoir boulonnais Veuve Fourny.
Il a été construit aux chantiers Kramer et Booy, basés à Koostertille en Hollande.
Écoré par Stien, il est l'un des premiers à être lancé par travers
Image IPB

Cette unité de 55,25 m. hors-tout, d'une largeur de 9m. disposait de 430 m3 de cales.
Sa puissance était de 1250 C.V.Lancé et baptisé le 31 mai 1955,
arrivé à Boulogne pour le 15 Août 1955, ce chalutier bénéficiait de tout l'équipement moderne de l'époque
et prit la mer, doté d'un équipage de 24 hommes, commandés par
M. Auguste Calon, ancien patron du Côte d'Azur.
Image IPB

On n'est pas sur le même bateau?

#217 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 02 mai 2010, 16:58

je ne le crois pas!!!
un petit peu du temps sur la peche fraiche entre 2 guerres (1921 1922 )

Le déclin de la grande pêche boulonnaise entre les deux guerres
Les chalutiers les plus grands du monde sont Havrais
En plus des mesures de protection prises par le gouvernement danois en Islande, en 1921, les difficultés ne manquent pas : prix élevé du charbon, aggravé par le fort taux de change de la livre anglaise, problèmes pour recruter les équipages, plus attirés par la pêche fraîche, qui les tient moins longtemps éloignés de leur port. D'autre part, il faudrait des chaluts spéciaux pour l'Islande, que les armateurs ne peuvent pas ou ne veulent pas adopter. En 1923, concernant les engins de pêche, un observateur fait les mêmes remarques qu'avant la guerre
« Les chaluts français utilisés pour la pêche d'Islande ne conviennent pas aux fonds durs : pas assez de rouleaux, câbles trop faibles, chalut trop lourd (...J Le chalut islandais est plus court d'un tiers environ, les mailles sont moins serrées, ce qui rend le chalut plus léger. La ralingue de fond est garnie de rouleaux de 60 à 70 cm de diamètre. Les capitaines islandais filent moins de remorque, deux fois la profondeur au lieu de trois. Remorqué donc plus à pic que le nôtre, il passe /à où le nôtre accroche. »
De son côté, la revue La Pêche maritime qualifie le chalut français d'instrument barbare susceptible de nombreux perfectionnements.

Prix trop bas

Ajoutons enfin que, depuis la guerre, les Islandais ont augmenté les amendes pour pêche dans les eaux nationales, qui atteignent jusqu'à 20 % de la valeur du bateau ! En Angleterre, la pêche de la morue sur les côtes d'Islande ne survit
que parce que les équipages finissent par accepter une baisse de leur rémunération, et le gouvernement celle des taxes sur le charbon et le sel.
En 1921, alors que le chalutier Somme est vendu à Fécamp, les armateurs boulonnais ont presque tous attendu que la saison de Carême soit finie : ils n'ont armé leurs chalutiers à la morue salée qu'après Pâques, renonçant aux départs en février, adoptés dans les années 1910. Seule exception à Boulogne, l'armement A. Coppin : les chalutiers Océan et Atlantique sont partis le 27 février. « Une foule nombreuse assistait au départ des deux bateaux, commandés par les patrons Louis Évrard père et fils », explique la France du Nord, qui qualifie ces deux bateaux de plus grands chalutiers du monde. Dix chalutiers en tout ont fait l'Islande, et neuf sont partis ensuite à TerreNeuve. La campagne est déficitaire, du fait des prix trop bas de la morue salée.
Des vapeurs de 66 mètres
En 1922, les chalutiers boulonnais ne sont plus les plus grands du monde ! Au Havre, on a lancé trois grands vapeurs de plus de 60 mètres, chauffés au fuel, Jules Elby, René Godet, et Édouard Watteau, pour les Pêcheries de France, où l'armement boulonnais Poret et Lobez a pris des participations. Les chalutiers, auxquels va venir se joindre bientôt un 4e, le Joseph‑Vandewalle, sont provisoirement immatriculés à Boulogne avant de l'être au Havre.
En 1922, la pêche est désastreuse. En dehors des limites fixées par l'Islande, il y a peu de morue.
« Le temps a été relativement beau. La morue n'a presque pas paru dans le voisinage de Hvalsback, alors qu'elle y était abondante en 1921. Ce secteur était d'ailleurs considéré comme le meilleur. Les chalutiers y sons restés inutilement durant une longue période, certains que la morue finirait par s'y montrer. Les armements sont certainement déficitaires. » Les tonnages pêchés en Islande passent de 120 000 quintaux en 1921 à 60 000 en 1922 !
************************
Le Cap Saint Jacques experimente

Le chalutier de l'armement Le Garrec est parti mercredi de Boulogne pour 50 jours. Il inaugure une organisation inédite à 27 marins (18 en mer, 9 à terre) qui semble prometteuse
« C'est une avancée sociale considérable. » affirme le délégué syndical de l'équipage à bord du navire. En partant mercredi matin du port de Boulogne pour cinquante jours, le Cap Saint Jacques (qui n'a jamais fonctionné comme les autres), expérimente une nouvelle organisation, inspirée de celle des thonniers.
Sur le papier, cela paraît séduisant : le bateau pêchera beaucoup plus, les marins passeront moins de jour en mer, tout en améliorant leurs revenus. Pour rendre ça possible, sept embauches ont fait passer l'effectif de 18 à 25 marins. L'armement en cherche encore deux autres pour arriver à 27.
Si cet essai d'organisation (de six mois) s'avère concluant, ce sera une évolution notable du système des bases avancées. Et cela résoudrait (sur ce navire) la mise en place de la RTT dans la pêche hauturière (225 jours de mer), sans perte de salaire (au contraire).

20 jours de mer, 70 jours à terre

La formule a été étudiée et discutée pendant trois mois. Le protocole d'accord entre l'armateur et l'équipage a été signé à l'unanimité par tous les marins du cap Saint‑Jacques pour un essai de six mois » précise le capitaine du bateau, José Guyot.
Le navire est donc parti de Boulogne pour cinquante jours (au lieu de 38 pour les autres chalutiers de base avancée). II débarquera sa pêche tous les dix jours (quatre fois à Ulapool, au Nord de l'Ecosse, et la dernière à Boulogne). A chaque débarquement s'effectuera une relève d'équipage de 9 marins. Au lieu de quatre bordées de six hommes pour les autres chalutiers de bases avancées, le cap Saint‑Jacques fonctionne désormais avec trois bordées de neuf (18 hommes à bord et 9 à terre).
Chaque marin passera 20 jours par mois en mer et dix à terre (payés comme s'il était à bord, ce qu'on appelle « les marées validées »). Et il conservera ses 30 jours de congés payés. Aucun d'entre eux ne devrait donc dépasser 220 jours de mer. A noter que les trajets en bus entre Ulapool et Boulogne (14 heures) se « feront à bord d'un bus climatisé, avec la télé » précise José Guyot.

Salaire de base espéré à 2 897 € (19 000 F)

Et comme le navire sera beaucoup plus souvent en zone pêche (puisqu'il n'effectue que tous les 50 jours les trois jours de route qui sépare Boulogne du Nord de l'Ecosse), les salaires seront revus à la hausse. A condition évidement de ramener du poisson, mais de
ce côté‑là, le capitaine ne se fait pas trop de souci, en rappelant : « on a été sept fois en dix ans ruban bleu... »).
Selon une projection réalisée par l'armement, pour un matelot de 5e catégorie, le salaire mensuel passerait de 2500 € (16 500 F) net par mois :zesaispo:/> , à 2897 € (19 000 F), avec cette nouvelle formule. Comprenant: les primes de débarquement.
On comprend que le navire n'ait pas eu trop de mai à recruter, y compris deux mécaniciens supplémentaires. Ces embauches ont par ailleurs contribué à rajeunir l'effectif. Les marins, presque tous du Boulonnais, à quatre Fécampois près, sont âgés de 16 à 49 ans.

Le matériel tiendra‑t‑il ?

Le capitaine n'a qu'un seul souci : « Le matériel va t‑il tenir le coup, vu que le bateau va quand même pêcher beaucoup plus ? Pour moi, c'est la seule interrogation. » A noter que le Cap Saint‑Jacques est moins âgé que d'autres navires (20 ans). II observera un arrêt technique de 20 jours en juillet, à Boulogne. Et une pause de cinq jours à Noël.
Selon la formule consacrée, on verra ce que ça donne à l'usage ...Image IPB
.
diablee/> II ne s'agit pas exactement du salaire net, car sont exclus de cette projection les déductions de vivre, tabac, radiocommunication... ainsi que certains compléments de salaire comme les gainées de foies-rogues.
************
les anciens péqueux l'ont ils connus
le REVERENT PERE YVON

AUMONIER des pecheurs de terre-neuve entre les deux guerres
il était juste que le capucin transmit son nom a un bateau pour lequel le rp verlance,lors du bateme,
souhaitait,ainsi qu'a l'équipage,une carriere digne d'un si grand nom.
durant onze années le rpy va moissonner la mer et remplir ses cales de poisson,hormis une collision le
29 novembre 1953 au vergoyer avec le fisher-bank
le 4 février 1952 il prend a utsire en remorque l'étoile du sud alors en panne de moteur
la vente pour la démolition le 20 aout 1960
il fut construit bremerhaven en 1939
a son arrivée a boulogne,il pouvait etre considéré comme le plus grand de la flotte
jauge brut 468 tx *jauge nette 174 tx *longueur 56m *largeur 8m04
creux 4m82*1000 ch vapeur seebeck

Image IPB

#218 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 17 mai 2010, 18:18

le bressay bank

Nord Pêcheries17.9.2002
Un nouveau chalutier industriel Nord Pêcheries en 2002, sans doute un second en 2003...
Le « Bressay Bank » entrera à Boulogne à la mi‑novembre
Président du comité régional des pêches, Patrice Leduc (notre photo) était le chef de file de la délégation boulonnaise en visite en Ecosse la semaine dernière. Nord Pêcheries, c'est aussi l'un des deux principaux armements hauturiers de France. L'occasion donc d'en savoir un peu plus sur le nouveau chalutier industriel qui doit arriver à Boulogne d'ici la fin décembre.
Beaucoup de professionnels de Boulogne s'interrogent sur le futur chalutier de Nord Pêcheries. Quel sera son nom ?
Le Bressay‑Bank : c'est un lieu de pêche tout près des îles Shetland. C'est aussi le nom d'un ancien chalutier de Nord Pêcheries avec lequel on a connu une certaine réussite. C'est un bateau de 44 m qui sera équipé pour les chaluts jumeaux...
Image IPB
Une première à Boulogne ? Au niveau des grands bateaux, ce sera en effet le premier à utiliser cette technique. Il est en cours de terminaison au Danemark et nous allons procéder dans quelques semaines aux premiers essais des différentes composantes du bateau avant de procéder aux essais de pêche, qui précéderont eux‑mêmes la livraison du bateau prévue vers la mi‑novembre.
L'équipage est‑il déjà formé ? Le capitaine et le chef mécanicien seront ceux de l'actuel Dogger Bank. Le chef mécanicien suit actuellement la phase finale de la construction au Danemark, tandis que la capitaine regarde comment cela se passe sur les bateaux qui pratiquent les chaluts jumeaux.
Combien de marins à bord ?
Le Bressay‑Bank sera exploité en ouest‑Ecosse pour les espèces de grand fond, selon le système des bases avancées, avec un système de rotation d'équipages, trois équipes à bord et une équipe à terre, c'est à dire quinze personnes à bord et cinq à terre.
Etes‑vous assuré de trouver des marins car il y a un problème de pénurie de main d'œuvre actuellement ?
Je sais d'ores et déjà que nous n'aurons pas de difficultés à trouver un équipage pour naviguer sur un bateau neuf.
Y compris des marins polonais ?
No comment. Ce n'est pas d'actualité. Même si, force est de constater que le réservoir de main d’œuvre en France est tari. Et, à mon sens, il est dommage de ne pas suivre la tendance générale du moment qui est de faire appel à de la main d œuvre de qualité, même si elle vient de 1 étranger. Si on parle de la Pologne actuellement, c'est parce que ce pays a perdu ses droits de pêche depuis la chute du mur de Berlin et qu'il dispose d'équipages en nombre important à la recherche de travail. Il est courant maintenant de voir arriver à Boulogne des gens qui viennent sans y être conviés, parce qu'ils ont entendu qu'il y avait de l'emploi à Boulogne et qui font 1400 km à 4 ou 5 dans une voiture avec leurs sacs prêts à embarquer pour constater que ce n'est pas aussi simple que cela. Cela montre qu'il y a des possibilités très importantes et je trouve dommage que l'on s'en prive.
Sachant que les bateaux sont souvent lancés par deux, y aura‑t‑il un second chalutier Nord‑Pêcheries dans la foulée ?
Le permis de mise en exploitation existe, il a été délivré. Actuellement, nous montons le dossier de financement.
A quel objectif ?
Dans la foulée du Bressay Bank. Courant 2003.

nouvelles du journal local 2002

Ce message a été modifié par r2d2 - 19 mai 2010, 16:25 .
Raison de l'édition : utiliser le bouton "Ajouter une réponse" et non "répondre" au message svp :-)


#219 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 20 mai 2010, 20:59

voici les trois boulonnois,cap blanc nez,cap st marie, gris nez
Image IPB
Image IPB
Image IPB

#220 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 20 mai 2010, 22:02

le CAP BLANC NEZ qui est devenu le COTE D AZUR a FECAMP

#221 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 635
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 21 mai 2010, 08:18

Il y a toute une série de boulonnais construits en 55/57 à Bremerhaven. Ils ont une étrave comme ceux d'avant guerre avait déjà et un décrochement de la lisse à l'arrière pour le passage des fûnes.

#222 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 21 mai 2010, 17:44

Voir le messageForcibleman, le 21 mai 2010, 08:18 , dit :

<br />Il y a toute une série de boulonnais construits en 55/57 à Bremerhaven. Ils ont une étrave comme ceux d'avant guerre avait déjà et un décrochement de la lisse à l'arrière pour le passage des fûnes.<br />
<br /><br /><br />


le cote d'argent B.2345
Le 6 décembre 1949, après avoir rompu ses amarres, par tempête de sud-ouest, le Côte d'Argent B 2345
part à la dérive. II n'y a pas encore d'écluse au bassin Loubet, et le chalutier, avec deux hommes à bord,
vient s'échouer devant le pilotage. Une voie d'eau se déclare. La chaudière et la machine étant arrêtées,
il n'y a pas moyen de faire fonctionner de pompe pour étaler la voie d'eau qui se déclare. Malgré
l'intervention d'un remorqueur de la Société Dunkerquoise de Remorquage, qui utilise ses propres pompes,
le Côte d'Argent se couche sur le flanc à la marée descendante. Le Risque Tout et le Notre Dame d'Artois
sont également partis à la dérive, mais un autre remorqueur a pu lés ramener à leur poste.
.................... Au pied des quais encore à reconstruire, le Côte d'Argent de l'armement Fourny, a été relevé
et peut être asséché. .........................
Image IPB
II faut tenter de remettre le chalutier en position verticale avant de pomper. Trois treuils de cinq tonnes de
puissance sont installés sur le quai, avec des caliornes, d'énormes poulies qui multiplieront la force des treuils
jusqu'à quatre cent soixante tonnes. Côté chenal, on met à poste le ponton grue. II faut plusieurs jours
pour mettre en place ce dispositif. Le chalutier est redressé. Son étrave reste engagée dans la vase, ce qui
retarde encore son déséchouage. Enfin, la voie d'eau est colmatée, le Côte d'Argent peut être asséché et
remorqué vers les chantiers de la SICER, grâce notamment au remorqueur de Risban. II ne sera remis en
service qu'en mars 1950, après trois mois de travaux.

construits en Angleterre et en Ecosse, en 1946. Ce sont les deux vapeurs de l'armement Veuve François et Mathieu
Fourny, Côte d'Opale B 2344 et Côte d'Argent B 2345,

. A l'exemple du Côte d'Opale et du Côte d'Argent, essentiellement armé à deux pêches de relative proximité,
le merlan et le hareng. En octobre 1947 par exemple,
trois marées, et débarque 230 tonnes de hareng. Fin août 1948, il ramène 70 tonnes de hareng en
deux jours de pêche en mer du Nord.
en août 1953.
Le Côte dÅrgent est cédé à la Boston Deep Sea http://boutmenteux.n...tyle_emoticons/default/fishing1.gif Cy, de Fleetwood,

#223 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 635
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 21 mai 2010, 21:27

En 55 de janvier jusqu'à Noël j'ai travaillé à la Boston Deep Sea Fisheries, d'abord à Hull, d'où j'ai fait un voyage à l'Ile de L'Ours, puis à Fleetwood pour finir novembre et décembre à Lowestoft pour le hareng. Les Pêcheries de la Morinie de Boulogne sont une filiale de la Boston.

#224 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 25 mai 2010, 17:03

Le Saint Claude est un habitué des mers froides, la Mer Blanche notamment. Fn 1951 il a fait trois voyages à la
morue. En 1952, on le signale le 26 juin à Boulogne, retour d'une marée de trente sept jours, en Mer Blanche.
II ramène de ce voyage près de deux cent tonnes de morue et six tonnes d'huile. En août, il débarque encore
deux cent tonnes.

Image IPB
Le 28 octobre, il repart pour les mêmes mers, avec à la passerelle le capitaine Couture,
et un équipage majoritairement fécampois. II est de retour le 20 novembre, avec un chargement d'une
centaine de tonnes. II fera un dernier voyage, retour le 22 décembre, avec quatre vingt tonnes. II aura fait en
tout plus de six cent tonnes.

#225 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 25 mai 2010, 18:22

Voir le messageperdros76, le 25 mai 2010, 17:03 , dit :

retour d'une marée de trente sept jours, en Mer Blanche.
II ramène de ce voyage près de deux cent tonnes de morue et six tonnes d'huile. En août, il débarque encore
deux cent tonnes.




ben je vais te dire ........;;z ont pas du voir beaucoup la cabane !!!! :hmm:/> :blink:/>

j ai fais la mer blanche sur le meme bateau ..pas de bordées ..tout le monde sur le pont ...le premier dans les 200 tonnes en 45 jours .....le second 234 TONNES en 50 jours , ben les gars dormaient guere , des 48 heures , et des 72 heures sur le pont , les mecanos a la breuille quand ils pouvaient plonger 6 heures en cabane .... alors 200 t en 37 jours :hmm:/> :blink:/> me demande comment ils ont fait :blink:/>

#226 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 27 mai 2010, 15:42

Voir le messagel, le 25 mai 2010, 18:22 , dit :

ben je vais te dire ........;;z ont pas du voir beaucoup la cabane !!!! lala/> :D/>

j ai fais la mer blanche sur le meme bateau ..pas de bordées ..tout le monde sur le pont ...le premier dans les 200 tonnes en 45 jours .....le second 234 TONNES en 50 jours , ben les gars dormaient guere , des 48 heures , et des 72 heures sur le pont , les mecanos a la breuille quand ils pouvaient plonger 6 heures en cabane .... alors 200 t en 37 jours gerberr/> :D/> me demande comment ils ont fait :blink:/>


je ne sais pas ,a regarder ça ne fait que 6 tonnes d'affalées par jour
c'est qu'ils étaient dans le poisson,et qu'il devait etre beau,ce que je sais c'est du saint claude et des poupées en algérie,on en a eu plein les oreilles,a l'école,il a du y perdre ses cheveux
*****
cote d'opale et cote d'argent
construits en Angleterre en 1946.
se sont deux vapeurs de l'armement Veuve François et Mathieu Fourny
Le Côte d'Opale a disparu corps et biens en mars 1949, en route entre les Shetlands et les côtes norvégiennes.

Image IPB

#227 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 27 mai 2010, 16:50

Voir le messageperdros76, le 27 mai 2010, 15:42 , dit :

je ne sais pas ,a regarder ça ne fait que 6 tonnes d'affalées par jour






tu comptes pas tres bien lala/> ..pis ta route ?? grosso modo pour l ile aux ours ..8 jours..., retour autant ...ce qui laisse environ 20 jours de peche ( sans compter les jours de non peche , a notre deuxieme voyage , plus d une semaines de peche nulle , avant que le 'piaule" arrive !) ...10 tonnes jours, la dessus c etait pas mal , fallait pas dormir gerberr/> !!et avoir du gros ! :D/> :D/>

#228 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 29 mai 2010, 20:44

au souvenirs de ce bateau


Image IPB

#229 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 01 juin 2010, 20:50

le « Petit Poilu » B2555, lancé à Blainville, muni d’un moteur MAN de 600 CV.
L’armement Charles Ficheux l’a vendu en 1961 à Lorient

Image IPB

#230 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 4 393
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 03 juin 2010, 21:17

Merci Pedros76 pour tous ces documents et témoignages

#231 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 04 juin 2010, 11:54

Voir le messageProcyon, le 03 juin 2010, 21:17 , dit :

Merci Pedros76 pour tous ces documents et témoignages


merci, je ne fais que transmettre mon humble contribution ,aux amis du BTMX

#232 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 04 juin 2010, 18:37

un peu sur dieppe

le Doux Frimaire ,32 metres de long ,construction Américaine comme patron Roger Dupuis
chalutier américain ,pour une raison de mauvaise stabilité a été transformé,avant sa mise en service
ils étaient trois ou quatre avec le meme défaut

Image IPB

#233 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 07 juin 2010, 17:58

Montaigne Vapeur-fuel de 48 m, construit à Lorient en 1947
B 2431
Image IPB

#234 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 07 juin 2010, 18:15

c est un puits sans fonds , tes souvenirs photos de peche .....???? yesss/> yesss/> :hmm:/> merci pour tout ça ! :D/>

#235 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 635
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 07 juin 2010, 20:43

Le Montaigne 1°) il appartenait à Delpierre ? 2°) On dirait un sister-ship du Nungesser et Coli ?
Perdros :D/> . Encore, encore :hmm:/>

#236 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 08 juin 2010, 20:21

d'apres le journal
une tres belle histoire de naufrage
Marie Adrienne Fourny parisienne,a découvert par hazard sur un site web.
le récit anglais,du naufrage du Margueritte ,et c'est rendu compte que ce bateau avait appartenu a son
grand pere , François Fourny de boulogne .
bien que l'équipage est été sauvé par le connot de sauvetage de Looe, la margueritte était une perte totale.

Image IPB

le 3 mars 1922,le chalutier MARGUERITTE ,s'echoue dans le térritoire de Talland .
construit en 1905 un bateau de 200 tonnes ,vapeur ,équipé de la radio, il envoie un méssage (la 'marguerite des prés
'a transmis un signal de SOS mais, étant ignorant de sa position vraie, le coastguard de Looe a reçu une
énonciation de message qu'elle était échouée sur le récif d'Eddystone. La côte a été enveloppée dans une
bruine épaisse et le vent soufflait fortement du sud-ouest quand le bateau de sauvetage de 'Ryder 'a été
lancé de Looe . une demi-heure plus tard un message a été reçu de l'énonciation de Polperro que le chalutier était échoué
dans Talland Bay. Recall ,que des signaux ont été mis ,par des feux et le lugger 'Dorothy a été mis a la mer et a rejoins
le 'Ryder 'pour le remorquage au compartiment de Talland ,de sorte que l' équipage n'ait pas dû se battre
dans le vent et dans la mer en furie. il a été sauvé 21 personnes grace au Ryder et au Doroty .
cela fut un des actes les plus mémorables sur des décénies .
un garde aurait été mis pour garder les cinquante tonnes de poissons,alors que tout était souillé par le
carbure qui avait formé les feux pour signaler l'épave .
À ce jour, à la basse marée, la chaudière de la 'marguerite des prés 'peut être vue sur les roches au milieu
du compartiment de Talland .
Le bateau de sauvetage de 'Ryder ', entièrement reconstitué maintenant, peut être vu dans le port de
Polperro à côté du musée.
Au début du 20ème siècle François Fourny était un des principaux armateurs dans le port de Boulogne-sur-Mer
où la marguerite des prés a été construite en 1905. La compagnie maritime de François Fourny a possédé
plusieurs autres chalutiers.
Il a baptisé ses navires du nom de ses enfants, et la marguerite des prés a été baptisée du nom de la grande
tante de Marie-Adrienne.
Image IPB
des années plus tard d'autres bateaux de Fourny ont été perdus. Le chalutier Marie a été coulé par une mine dans la Manche
en 1915. Le Slack et le Marie Jeanne , ont été détruits pendant la deuxième guerre mondiale (le Slack a été
descendu par un vaisseau de guerre britannique durant le raid de Saint-Nazaire en Mars 1942). . Un autre chalutier de Fourny,
le cote d'Opale , a été perdu avec toutes les mains en 1947 entre la Norvège et les Shetlands.
La perte de la marguerite des prés n'était pas le seul désastre en mer que la famille de Fourny a souffert.

Le grand-grand-père de François Fourny, Nicolas Fourny, a été tué à bord de son bateau( LES Mers de Liberte )
dans une bataille navale en 1810 contre une homme-de-guerre britannique .

#237 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 09 juin 2010, 18:22

désolé je n'est aucun renseignement sur ce chalutier boulonnais.
si vous voulez nous éclairer sur le paul corbin.
merci
Image IPB

#238 L'utilisateur est hors-ligne   perdros76 

  • Captaine
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 428
  • Inscrit(e) : 31-janvier 10
  • Gender:Male

Posté 10 juin 2010, 11:36

bon je vois que personne ne s'en souviens!!!!!!!!
*****
un des derniers vapeurs
construits en Angleterre ,Ecosse, en 1946
.le Michel Bernard chalutier a vapeur, armement Lucien et Léon Ferton-Beaurain et Fils.

le Michel Bernard semble
armé à deux pêches de relative proximité, le merlan et le hareng. En octobre 1947 par exemple, le chalutier de l'armement Ferton fait trois marées, et débarque 230 tonnes de hareng. Fin août 1948, il ramène 70 tonnes de hareng en deux jours de pêche en mer du Nord.
Image IPB
Grave explosion

En janvier 1949, une mine explose dans ses filets, alors qu'il pêche au large de Dunkerque, au hareng certainement, sous les ordres du patron Ramet. L'engin explose au moment du virage du chalut, à quelques mètres de la coque. Les 22 hommes d'équipage sont renversés par la puissante explosion. Les instruments de navigation à la passerelle sont détruits, et il y a des dégâts à la machine. Un homme est plus sérieusement blessé. Le Sorel, en pêche à quelque centaines de mètres, le remorque, avec l'assistance du Notre-Dame d’Espérance, armament Gournay Frères. Le Michel Bernard ne reprendra la mer qu'en avril, après trois mois de réparations.

De mai 1949 à la fin de l'année, il fait une vingtaine de marées, en moyenne deux à trois par mois au merlan, puis trois à quatre au hareng. Début 1950, il pêche le hareng guai dans les eaux belges. En février il est à Trevose au merlan..

Durant les premières années d'après-guerre, les armements vont devoir faire face à la hausse du prix du charbon, à la suite notamment des conquêtes sociales des mineurs, et de l'augmentation des coûts de transport. Surtout, en parallèle, le prix du gasoil est en baisse relative, à mesure que les flottes maritimes retrouvent leur tonnage d'avant-guerre. Malgré les primes versées par le gouvernement français pour une marée de 15 jours, il faut dix tonnes de poisson pour payer le fuel d'un chalutier à moteur, mais 15 pour le combustible du vapeur.

Vendus

Désarmé depuis avril 1952, le Miche/ Bernard est vendu à l'Association rochelaise de pêche en septembre de la même année. II sera rebaptisé Dadas, sans doute équipé d'un moteur, et naviguera encore quelques années au fuel

#239 L'utilisateur est hors-ligne   l'trou au quin 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 12 150
  • Inscrit(e) : 28-mai 06
  • Gender:Male

Posté 10 juin 2010, 12:39

Voir le messageperdros76, le 10 juin 2010, 11:36 , dit :

bon je vois que personne ne s'en souviens!!!!!!!!


si , si , je m en souviens ....mais qu en dire ???on le voyait a BOULOGNE , ou a la mer ....c etait un chalutier parmi tant d autres !!

#240 L'utilisateur est hors-ligne   l'ramendeux 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 10 364
  • Inscrit(e) : 21-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:né a FECAMP

Posté 10 juin 2010, 12:42

que veux tu que l ' on te dise PERDROS DU PAUL CORBIN A part qu ' il faisait partie je crois de l ' armement DELPIERRE

autrement oui je me rappelle de ce super chalutier moi qui a l ' epoque annee 60 environ etait encore sur mon vieux 38 m RAPHAEL

CES CHALUTIERS FAISAIENT UTSIRE LES FEROEE ils ramenaient des tonnages importants

quand on etait accoste d ' eux on avait envie d ' embarquer a bord mais pour ca il fallait naviguer a BOULOGNE

moi il a fallut que j ' attende 65 j ' avais 23 ans 9 ans que je naviguais pour embarquer comme matelot sur une de ces belles barques

  • (20 Pages)
  • +
  • « Première
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • Dernière »

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)