forum du boutmenteux à Fécamp: La Rue Queue De Renard - forum du boutmenteux à Fécamp

Aller au contenu

Page 1 sur 1

La Rue Queue De Renard

#1 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 564
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 05 octobre 2004, 19:59

Vous connaissez?

Image IPB

#2 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 070
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 22 mars 2005, 22:55

La rue Queue de Renard telle qu'elle était au début du siècle. J'ai longtemps
cru que son nom évoquait une ressemblance entre sa forme et celle de l'appendice
du canidé en question.
En fait, ce nom s'expliquerait par l'existence à son extrémité au XVIe s d'une auberge
ayant pour enseigne " à la rue queue de renard"
La rue Queue de Renard, autrefois un axe important entre la ville et le nord de la région,
était aussi très commerçante et industrielle

Image IPB

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Charlotte 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 5 993
  • Inscrit(e) : 07-mars 05
  • Gender:Female
  • Location:Au bout du Monde !!!

Posté 22 mars 2006, 17:25

<faim Un an jour pour jour .....et j'en ai pas fait exprès !

Deux hypothèses ont été formulées sur l'origine du nom de cette rue, prolongement de la rue Arquaise en direction de Cany.

- 1 ) "Le nom étrange donné à cette rue serait dû à l'existence d'une auberge qui se trouvait autrefois à l'extrémité gauche de cette vieille artère fécampoise, et où pendait pour enseigne : A la Queue-de-Renard "

(Daniel Banse : Histoire des rues de Fécamp)


- 2 ) " A son origine, la montée de cette côte était si pénible que les habitants disaient qu'il était aussi difficile d'en atteindre l'extrémité que d'attraper la queue d'un renard "

(Georges Darney: Monographie de Fécamp )



#4 L'utilisateur est hors-ligne   Fabien 

  • Bosco
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 691
  • Inscrit(e) : 30-octobre 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 15 mars 2007, 00:35

En même temps les deux sont possible. En effet notre brave aubergiste a peut etre choisi le nom de son échoppe en fonc tion de la difficulté de la rue ce qui avec le temps est devenu la Rue Queue de Renard

#5 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 070
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 02 mars 2013, 19:30

Tu as surement raison Migus !

En tous cas en 1681, c'est Dame Jacqueline Auxoyaux, était propriétaire d'une maison appelée "la rue Queue-de-Renard", qu'elle donna en location cette même année à Jehan Lanfan Le Coq, de la paroise des Loges.

La rue Queue de Renard, était à l'époque, remarquable par sa largeur, son caractère commerçant, son animation.. Les industries, le passage des diligences, messageries et services qui assurent les communications entre Fécamp et le nord de Fécamp avant que n'apparaisse le chemin de fer, contribuent à cette animation.

Il se disait que la maison à l'angle de la rue Queue de Renard et la route de Valmont, sur la droite, était la première maison des premières religieuses de Waninge. Fausse croyance puisque cette bâtisse dataient "seulement" du moyen-âge. Au XVè siècle, elle était propriété de l'Abbaye de Fécamp, qui l'échangea en 1495 contre le Manoir des "Grandes écoles" appartenant à l'Abbaye du Valasse. La construction en retrait, et du côté opposé de la rue, est l'ancienne demeure de Messire Guérout, qui l'habitait en 1625 et était tenu de donner chaque année à l’hôpital un chapon et une somme de treize sols.

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 070
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 03 mars 2013, 23:59

Sous la révolution, la population rue Queue-de-renard est parmi les plus denses de Fécamp. Elle connut pendant cette période des évènements mouvementés. Le 24 Prairial de l'An II, la mise en vigueur d'un arrêté du District de Montivilliers créée l'effervescence.
A propos du mélange de farine, l'arrêté prévoit que le pain livré aux Fécampois sera désormais composé pour moitié de froment, pour 1/4 d'orge et d'avoine. Vu les réticences de la population, les citoyens Clery et Bernard, officiers municipaux, crurent bon d'accompagner un chargement d'avoine destiné à ce mélange. Ils se virent entourés par une foule de protestataires conduite par deux habitantes du quartier, les nommées Valentin et Quesnels.
L'arrestation des deux perturbatrices n'apaisa pas les esprits, au contraire, quatre cent femmes à l'allure menaçante se
groupèrent rue Queue-de-Renard l'après-midi même. Conduite cette fois par la file de Robert Meunier, elles allèrent réclamer la
libération des deux prisonnières devant le domicile de l'Agent National de la commune..

On trouve durant les décennies qui suivent quantité d'établissements industriels. Par exemple, en 1836, peu avant la construction du
chemin de fer, on y voyait une importante fabrique de calicots, appartenant à MM. Saint-Yves et Vinet.

En 1896, à la suite d'un violent orage, une inondation importante se produisit dans la partie basse de la rue, provoquée par l'obstruction des bouches d'égout par quantité de matériaux et branchages charriées par ces eaux. La communication fut interrompue entre les Pont des Annonciades et la rue de Giverville.
(inspiré de l'histoire des Rue de Fécamp - Editions Banse)


Image IPB

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 070
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 31 mars 2013, 23:23

Depuis bientôt 80 ans, une association oeuvre pour l'animation du quartier de la Rue-Queue-de-Renard, le COMITE DES FETES de la rue du même nom. Un peu avant la dernière guerre mondiale, sous l'impulsion de plusieurs familles résidentes, naît, sous une première forme, le Comité des Fêtes; il élit alors son président, M. Loisel.
Déjà, de nombreux bénévoles tiennent à partager le travail du Comité. Malheureusement, arrive la guerre et la présence de l'occupant vient bien sûr brider les activités associatives.
Dès 1945, l'association réapparaît sous sa forme définitive alors que la présidence est assurée par M.Seigné durant les quatre années qui suivent la libération. Le poste sera ensuite attribué à M. Robert Jeanne en 1949. Suite à son décès, le relais est assuré dans les années 80, par M. René Hertel, retraité et ancien président directeur général de la S.N.E.T. A noter que son fils Jean-Pierre Hertel, est actuellement Président de l'A.P.A.E.I.
Depuis sa création, le comité des Fêtes de la rue Queue-de-Renard est le fruit d'un véritable travail d'équipe. Certes, au fil des ans, certaines familles du quartier quittent Fécamp pour diverses raisons mais, longtemps,durant les quinze jours qui précèdent la Fête Nationale, nombre
d'entre elles n'hésitaient pas à faire le déplacement pour assurer,la préparation de la grande réunion des 13 et 14 juillet.
On trouvait et on trouve encore un peu, divers groupes occupés à la collecte de dons, la préparation des jeux, le montage et le démontage des installations, la confection des guirlandes... C'est cette organisation exemplaire qui permit longtemps d'assurer le succès de l'entreprise.
Cela fait donc près de 80 ans (76 ans exactement )que ce Comité de quartier anime une des plus belles manifestations fécampoises dont le prestige
longtemps établie, s'estompe un peu il faut bien le dire. Mais RDV est donné, au prochain Corso de la rue Queue-de-Renard !!

l'Equipe du Comité des Fêtes autour du Pdt Seigné, en 1945
Image IPB

Page 1 sur 1


Réponse rapide

  

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)