forum du boutmenteux à Fécamp: Le Grand Quai - forum du boutmenteux à Fécamp

Aller au contenu

Page 1 sur 1

Le Grand Quai

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 055
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 08 mars 2009, 23:19

LE GRAND QUAI

Au début du XIIème; l'importante superficie de terrain occupée aujourd'hui par les avants ports, les bassins, la gare et ses dépendances, ne formait qu'un seul et vaste Marais dénommé au XVè siècle "Le Lac de la Mer", et qui s'étendait depuis
l'entrée du havre jusqu'à la ferme des Preys, et le chemin par où l'on allait à Beaudoinbourg. Le Grand quai n'existait pour ainsi dire pas, ou si peu ; à sa place se trouvait une sorte d'îlot appelé Sauville, immergé dans sa plus grande surface, au moment de la pleine mer.

Image IPB

#2 L'utilisateur est hors-ligne   La Souris 

  • Matelot
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 221
  • Inscrit(e) : 10-novembre 08
  • Gender:Male
  • Location:Fécampoise

Posté 09 mars 2009, 11:53

bonjour,
la souris dit à procyon que ça photo est magnifique. la souris est contente de voir qu'il y a pas beaucoup de maison sur la côte de la vierge .la souris demande si cette photographie à une date ?

#3 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 678
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 11 novembre 2009, 10:45

Le 11 Novembre 1918

Image IPB

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Morphéus 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 8 273
  • Inscrit(e) : 08-février 06
  • Gender:Female
  • Location:fécamp

Posté 11 novembre 2009, 11:10

j'ai toujours cru qu'il n'y avait jamais eu de maison au grand quai ! :ninja:/>

#5 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 560
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 11 novembre 2009, 13:10

Voir le messageMorphéus, le 11 novembre 2009, 11:10 , dit :

j'ai toujours cru qu'il n'y avait jamais eu de maison au grand quai ! :good:/>

Et là où il y a la dde du port tu crois que c'est quoi?? :ninja:/> :D/> :crying:/>

#6 L'utilisateur est hors-ligne   tanga 

  • Pipelette extra confirmée
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 7 494
  • Inscrit(e) : 03-février 09
  • Location:Fécamp

Posté 11 novembre 2009, 13:27

Voir le messageclark, le 11 novembre 2009, 13:10 , dit :

Et là où il y a la dde du port tu crois que c'est quoi?? bravebete/> bravebete/> jesors/>

Et bien moi je vais répondre. La boucane !!! La vrai !!! Salut à toi Clark !!! :D/> :D/> :D/>

#7 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 678
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 11 novembre 2009, 16:07

Habitationsdu Grand-Quai début XXe siècle (Annales N°:15). Pour info pour MORPHEE bravebete/>
Image IPB

#8 L'utilisateur est hors-ligne   nana 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 298
  • Inscrit(e) : 12-août 05
  • Gender:Female
  • Location:FECAMP

Posté 11 novembre 2009, 17:56

superbe cadeau que tu nous fait , FORCI quelle belle photo!!!!!ces maisons sont restées intactes tout du moins les premières

c'est vrai que les autres derrière ont du souffrir plus de la guerre lorsque la passerelle BOTTON a été bombardée , quelle chance

qu'elles n'ait pas été touchées !!!!

#9 L'utilisateur est hors-ligne   L'décolleux 

  • Amiral
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 804
  • Inscrit(e) : 14-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 11 novembre 2009, 19:02

Merci Forci bravebete/>

#10 L'utilisateur est hors-ligne   Morphéus 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 8 273
  • Inscrit(e) : 08-février 06
  • Gender:Female
  • Location:fécamp

Posté 11 novembre 2009, 22:33

j'ai pas 120 ans non plus lol pi au moins sa vous fait parler. :innocent:/>

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 678
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 12 novembre 2009, 22:19

Voir le messagenana, le 11 novembre 2009, 17:56 , dit :

superbe cadeau que tu nous fait , FORCI quelle belle photo!!!!!ces maisons sont restées intactes tout du moins les premières

c'est vrai que les autres derrière ont du souffrir plus de la guerre lorsque la passerelle BOTTON a été bombardée , quelle chance

qu'elles n'ait pas été touchées !!!!

Photo postée par L'RAM, extrémité du Grand-Quai, vers la passe Boton, après la guerre. Il reste la maison blanche de Bajard, le café Senay? et le café de Mme Cavelier. Entre les 2 cafés il y avait une maison à Joseph Malandain avec sur son arrière une boucane qui a servi encore après guerre principalement pour faire du filet de hareng.
Image IPB

Voir le messageMorphéus, le 11 novembre 2009, 22:33 , dit :

j'ai pas 120 ans non plus lol pi au moins sa vous fait parler. diabolo/>

Pas besoin d'avoir cet âge la. C'est dans les années 55/60 que Burel a démoli ce qui restait des maisons pour faire ses bureaux.

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Morphéus 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 8 273
  • Inscrit(e) : 08-février 06
  • Gender:Female
  • Location:fécamp

Posté 12 novembre 2009, 22:56

j'etais quand même pas née diabolo/>

#13 L'utilisateur est hors-ligne   yportais53 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 4 834
  • Inscrit(e) : 09-décembre 06
  • Gender:Male
  • Location:yport

Posté 13 novembre 2009, 10:53

y avait l air d avoir beaucoup de bistrots a ct'epoque Image IPB non Image IPB

#14 L'utilisateur est hors-ligne   Forcibleman 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 678
  • Inscrit(e) : 07-février 09
  • Gender:Male
  • Location:Albi

Posté 13 novembre 2009, 12:44

Voir le messageyportais53, le 13 novembre 2009, 10:53 , dit :

y avait l air d avoir beaucoup de bistrots a ct'epoque Image IPB non Image IPB

6 je crois. diabolo/>

#15 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 055
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 14 juin 2015, 20:19

Dans les siècles qui suivirent, les habitants surent adroitement tirer parti de cet îlot marécageux en le transformant en une chaussée favorable à l'exercice de leur industrie maritime, et pratique en même temps pour y faire accoster leurs "bastels".
Naturellement l'édification d'un certain nombre de demeures suivit de peu l'établissement de ce quai, qui de ce fait, devint l'endroit le plus animé du " hable " et puis encore, permettait de se rendre aisément "soubz les boys" sans être tenu d'aller retrouver à l’extrémité est de cet immense marais, le pont "par ou on allait, à Beaudoinbourg". A la fin du XVI siècle, époque des guerres de religion, une grande partie des maisons édifiées sur ce quai eurent à souffrir des dommages provoqués par "les soldatz et gens de guerre" qui étaient en garnison à la forteresse de Baudoinbourg et leurs assaillants,les uns les autres y laissant de fâcheuses traces de leur passage;

Image IPB


la chaussée elle-même, défoncée en partie par le transport continuel de lourds matériaux et engins destinés
la défense du fort, présentait l'aspect le plus désolé sur toute sa longueur, ce n'étaient que trous et crevasses, par
lesquels la mer pénétrait les jours de fortes marées; ce qui compromettait la sécurité des demeures, l'eau envahissant leur sous-sol.

Malgré la gravité de la situation, ce n’est que plus tard que différents travaux de consolidation furent effectués à ce quai, il est vrai que les événements ne le permettaient guère auparavant ; c'est ainsi que le 28 février 1663 dom Placide Roussel, grand prieur de l'Abbaye, frappé de l'état délabré de cet endroit du port, délégua Nicolas Lainé, Nicolas de la Marche,Thomas Grancher et Estienne Advenel, tous les quatre " Maystres de charpentes"
pour étudier la remise en état de ce quai.
L'avis de ces experts ne se fit certainement point attendre, car quelques jours plus tard,l'Abbé de Fecamp donne ordre de couper cent-soixante baliveaux dans la Forêt de Boclon, pour servir à réparer et consolider "les Chaussées des Barres", comme l'on nommait ce quai au XVIIè siècle.

#16 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 055
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 13 juillet 2015, 23:27

Les travaux de muraillement du quai qui suivirent furent poussés avec moins de célérité, puisqu'en 1728, ils n'étaient terminés qu'en partie, ce qui fut cause certain jour de cette même année qu'une notable partie de la chaussée fut envahie par la mer qui s'était frayé un passage par une brèche demeurée ouverte.

Jusqu'au XVIIIè siècle, il ne faisait pas bon pour les pilleurs d'épaves ou détrousseurs de cadavres échoués sur la grève, de se laisser surprendre par les gardes du Roy, car ils étaient conduits sur ce quai, et exposés pendant plusieurs heures à un pilori dressé à leur intention à l'extrémité de ce quai.

Cet instrument de justice servit notamment le 22 août 1721, jour où un navire surpris par le gros temps, vint se perdre corps et biens sur les rochers d'Etigues ; la mer ayant rejeté sur le rivage les cadavres de deux hommes de l'équipage, une femme sans aveu ne trouva rien de mieux que de s'approcher d'eux pour les dépouiller des objets dont ils pouvaient être porteurs.
Surprise dans sa coupable besogne, elle fut amenée à Fécamp, devant le Procureur du Roy qui ordonna que cette maraude fut exposée sur le pilori pendant plusieurs heures, pour la signaler à l'indignation publique, puis fouettée ensuite par l'exécuteur des oeuvres criminelles, ce qui fut exécuté sur le champ à l'approbation de tous.

Image IPB

C'est sur ce quai que l'on construisait autrefois caravelles, nefs et autres vaisseaux destinés à la pêche ou au commerce ; quant à leur mise à l'eau le procédé employé était fort simple, lorsqu'il s'agissait de bateaux de faible tonnage ils étaient "jetés" à l'eau à l'aide de cabestans et à l'époque d'une forte marée ; s'il s'agissait de navires de grandes dimensions les opérations de lancement différaient complètement : quelques jours avant la mise à l'eau, l'on creusait à même la chaussée et jusque sous le navire, une large souille dans laquelle l'on faisait pénétrer l'eau un jour de grande marée, procédé qui avait pour résultat de mettre le bateau à flot ; il ne restait plus alors qu'à le haler vers le "Quay" où il allait prendre possession de son nouvel élément.

On peut supposer que ces chantiers maritimes disparurent vers 1740, puisque c'est cette même année que furent achevés les travaux d'établissement du mur de quai, dans lequel avait été aménagé à son extrémité sud, un escalier de pierre pour permettre aux calfats, perceurs et charpentiers de descendre aisément dans le "Quay" leurs outils et matériaux nécessaires à la réparation des coques de navires.

#17 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 055
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 24 juillet 2015, 15:22

En janvier 1807, l'éclairage de ce quai était obtenu à l'aide de deux réverbères à "trois becs, suspendus à des poteaux à crosse, ne manquant pas de caractère. Cet éclairage était complété par deux lanternes semblables établies à chaque extrémité, l'une au nord de la Barre d'Amont, l'autre au sud de celle d'Aval.
D'importants travaux de transformations de ce quai furent exécutés au cours du XIX. siècle, notamment en 1837, année où ces travaux furent visités par le Duc et la Duchesse d'Orléans accompagnés de la Grande Duchesse de Luxembourg.
Déjà en mai 1811, I'Empereur Napoléon accompagné de l'Impératrice Marie-Louise, après avoir parcouru dans leur calèche cet endroit du port mirent pied à terre, et se rendirent jusqu'à l'extrémité de la jetée de l'est, où l'Empereur se renseigna sur la situation du port, sa profondeur et ses moyens de défense.
Entre 1830 et 1850, le Grand Quai ne connait des aménagements ou reconstructions partiels, par exemple un nouveau pavage en 1939. Par ailleurs, le pâté de maison qui se trouvait près de l'écluse Bérigny et qui servait d'entrepôt de sel, sera adjugé à deux maitres maçons chargés de le démolir. L'objectif est de libérer l'espace qui deviendrait une place publique, favorisant la circulation du bord du quai, de la rue de Mer, du Quai Bérigny.

Le Port, les grand Quai avec ses 2 écluses dont celle au Nord menant à la Bourse du commerce
Image IPB

Ces aménagements répétés du port et de ses dépendances, eurent comme résultat de provoquer une marche ascendante de l'industrie des pêches. De son côté, pour faciliter la vente du poisson le monde maritime fit installer en décembre 1843, à la Bourse du poisson, une
cloche destinée à annoncer l'arrivée des bateaux, retour de la pêche. En 1845, on fait poser tous les 30m des écheliers appliqués contre les murs. En 1850, le Grand Quai offre un développement de 243m accessibles aux navires, et les quais sont pourvus de poteaux de garde en chêne appliqués de même contre les mûrs.

Les plans d'exécution des grands travaux du port en 1883, prévoyant la disparition complète de l'immeuble abritant la Bourse du poisson, édifié en partie sur l'emplacement de la passe Botton, saleurs et "bouffisseurs" de poisson, installèrent ce lieu d'opérations commerciales dans un immeuble situé sur ce quai, et dont l'inauguration se fit le 26 mars 1883, en présence d'une
grande affluence de personnalités du monde maritime.
C'est aussi sur ce quai que se trouvait autrefois le Caserne des Douanes, importante construction comprenant deux corps de bâtiment à trois étages, édifiée au début du XIXè siècle, sur l'emplacement d'un chantier occupé en 1789 par Pierre Bellanger, entrepreneur des ouvrages du Roy.
Les douaniers ayant cessé d'être caserné dans notre ville en 1897,cette construction fut mise en vente le 1er avril de la même année et adjugée à M. Joseph Malandain lequel après l'avoir fait démolir fit élever sur son emplacement un vaste et moderne établissement de salaisons maritimes.

L'écluse de la chasse Nord
Image IPB

Au début du XIX, les écluses sont en ruine, dont celle du Nord qui ne tient que soutenue par des étais depuis 1797. Le Génie accepte de la faire fonctionner de temps en temps car il faut bien dégager le chenal, mais moyennant des garanties sur sa responsabilité en cas d'accident. La rénovation effectuée entre 1809 et 1827, ne fait pas long feux. En 1834, il faut reconstruire le pont de bios sur l'écluse, puis à nouveau en 1840. Les armateurs avaient beau écrire à l'Ingénieur des Ponts et Chaussées que l'état de l'écluse "nous menace des plus grandes calamités", et qu'elle ne remplit plus sa fonction de chasse, rien n'y fait. Alors, les armateurs envoient eux-mêmes en 1840 un contingent d'ouvriers, qui, en une matinée, élargissent le chenal de six mètres ! en 1844 enfin, le ministre des travaux publics, écrit au préfet qu'il met 4000 francs à sa disposition pour des études et travaux préparatoires. Les travaux menant à une reconstruction presque complète sur les anciennes fondations, furent menées entre 1846 et 1850. Aux trois petites portes existantes par pertuis fut substitué une seule porte dans chacun des deux pertuis, augmentant l’efficacité de la chasse.

(Il état une fois un port - JP Balier / Histoire des rues de Fécamp)

Page 1 sur 1


Réponse rapide

  

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)