forum du boutmenteux à Fécamp: L'avenue Jean Lorrain - forum du boutmenteux à Fécamp

Aller au contenu

Page 1 sur 1

L'avenue Jean Lorrain Anciennement rue Sous-le-Bois

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Procyon 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 5 057
  • Inscrit(e) : 27-mai 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 28 février 2015, 23:18

Avenue Jean-Lorrain

Cette avenue porte le nom d'un fécampois qui occupa une place importante parmi les écrivains français
de la fin du XIXè siècle. Jean Lorrain, alias Paul Duval, naquit à Fécamp le 9 Août 1855 dans la maison
portant le n° 22 du quai Guy-de-Maupassant, et mourut à Paris le 30 juin 1906.
Certains regrettent que l'hommage rendu par Fécamp à l'un de ses illustres enfants pour honorer sa mémoire, consistât
à renommercette rue, qui s'appelait autrefois chemin des Bois, et dans la suite rue Sous-le-Bois.

Ces anciens noms nous rappellent que sous les rois francs et même sous les premiers ducs de Normandie, le versant
nord de la ville que longe cette voie à sa base, était entièrement boisé et faisait partie de la vaste forêt
de Fécan Sylva,Fiscannum, s'étendant depuis les Halles jusqu'au delà d'Etretat.
Cette forêt, rapporte dom Le Hule, remplie alors de venaisons et de bêtes fauves attirait à Fécamp les seigneurs
du pays de Caux et d'ailleurs ; Léonard, Anségise, Lothaire et Waninge chassèrent dans cette forêt qui
couvrait une partie de la ville, puisque selon la légende,c'est au cours d'une chasse dans cette forêt qu'Anségise,
gouverneur du pays de Caux se trouva en présence d'un cerf d'une blancheur éblouissante, lequel après s'être arrêté,
décrivit un cercle déterminant l'emplacement ou était demeuré le tronc de figuier renfermant le Précieux-Sang.

Cette importante forêt fut défrichée au XVIème siècle,
écrit dom Mareste, par les soins de l'Abbaye et le produit
de la vente des arbres contribua à payer la rançon du roi Francois Ier. Déjà en
1006, Richard II, duc de Normandie, avait fait don à l'Abbaye de Fécamp de la partie de cette forêt s'étendant depuis
l'extrémité de ce chemin des Bois jusqu'au bord de la mer.
Au XVIIè siècle, bien que l'on ne trouve plus sur ce versant nord que joncs-marins et quelques parties de terre en labour,
l'on en continua pas moins à nommer ce versant le "côté des Bois".
Quantité d'armes et d'outils en silex recueillies sur ce versant, ont permis d'affirmer l'existence d'ateliers en cet
endroit aux temps préhistoriques.

Image IPB

Page 1 sur 1


Réponse rapide

  

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)