forum du boutmenteux à Fécamp: Vos Hommages - forum du boutmenteux à Fécamp

Aller au contenu

  • (24 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • Dernière »

Vos Hommages Vous aimez 'untel, 'unetelle' dîtes-le !

#61 L'utilisateur est hors-ligne   veve 

  • Matelot
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 484
  • Inscrit(e) : 05-juillet 05
  • Gender:Male
  • Location:froberville

Posté 02 juillet 2006, 08:41

un hommage a raymond devos
cet homme magicien des mots up

#62 L'utilisateur est hors-ligne   veve 

  • Matelot
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 484
  • Inscrit(e) : 05-juillet 05
  • Gender:Male
  • Location:froberville

Posté 03 juillet 2006, 07:43

un hommage a frederique Dard
ainsi qu a son fils Patrice qui a pris la releve avec brio

#63 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 559
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 20 juillet 2006, 12:07

Source : Allociné

Décès du réalisateur Gérard Oury

Réalisateur de "La Grande vadrouille", "La Folie des grandeurs" et "Le Corniaud", Gérard Oury est décédé ce 20 juillet au matin. Il avait 87 ans.

Image IPB

Gérard Oury a rejoint ses compères Louis De Funès et Bourvil. Maître de la comédie populaire à la française, le cinéaste s'est éteint ce jeudi 20 juillet au matin dans sa maison de Saint-Tropez à l'âge de 87 ans. Il aura signé certains des plus grands succès comiques hexagonaux et fait tourner Louis De Funès, Bourvil, Jean-Paul Belmondo ou Pierre Richard. Une carrière qui lui vaudra d'être fait commandeur de la Légion d'honneur en 1991 et lui rapportera un César d'honneur en 1993 avant d'être accueilli à la section Cinéma de l'Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France en 1998. Gérard Oury sera enterré à Paris le 24 juillet au matin, dans le caveau familial du cimetière Montparnasse. Il partageait la vie de l'actrice Michèle Morgan depuis 1960.

Image IPB
O comme Oury (Ma Grande Vadrouille, éditions Plon)
"Je suis né le 29 avril 1919 à Paris, 24 rue de La Tour, car les femmes à cette époque accouchaient dans leur appartement. Fils de Serge Tennebaum, violoniste, et de Marcelle Oury, sans profession, je fus déclaré à la mairie du 16e arrondissement sous le nom de Tennenbaum Max Gérard. Max, mon parrain, fut un très célèbre tragédien de la Comédie Française du nom de De Max. Gérard est un prénom que je ne regrette pas, car il est d'origine germanique et signifie "lance de puissance" ! Mes parents divorcèrent lorsque j'eus trois ans, et je fus élevé par ma mère et ma grand-mère. Il était donc naturel que j'adopte leur nom lorsque je décidai d'embrasser le métier d'acteur. Mais la Loi française est piquante : on a certes le droit de prendre le nom de sa mère mais en le modifiant. Ce qui fait qu'aujourd'hui encore mon passeport est libellé comme suit : 'Houry dit Oury Gérard' ".

Des débuts sur scène et devant la caméra

Image IPB
A 17 ans, Gérard Oury rêve d'une carrière d'acteur. Après avoir suivi les cours de René Simon, il intègre le Conservatoire aux côtés de Bernard Blier et François Périer. Trois ans plus tard, il monte sur scène avec la pièce Britannicus mais doit bientôt fuir le régime de Vichy et immigrer en Suisse. Revenu en France en 1945, il continue son activité au théâtre tout en abordant quelques seconds rôles au cinéma (dans Antoine et Antoinette en 1948, Les Héros sont fatigués en 1955, La Meilleure Part en 1956). Fatigué de ces petits rôles, il décide de passer à la réalisation en 1959 avec La Main chaude.

Le tandem Bourvil / De Funès

Image IPB
Gérard Oury rencontre le succès en 1961 avec Le Crime ne paie pas qui réunit un casting d'exception, et entre autres Louis De Funès, qui lui conseille de se diriger vers ce qui deviendra son genre de prédilection : la comédie. Le réalisateur suit cette suggestion et tourne Le Corniaud en 1964. Pari gagnant : 12 millions de spectateurs viennent acclamer le tandem Bourvil – Louis De Funès. Fort de ce succès, Oury reste dans la veine de la comédie populaire avec La Grande Vadrouille en 1966 (17 millions de spectateurs, soit le deuxième film le plus vu de l'histoire du cinéma français), Le Cerveau en 1968, La Folie des grandeurs en 1971 ou encore Les Aventures de Rabbi Jacob en 1973, puis en 1982 avec L' As des As, où il exploite la fibre comique de Jean-Paul Belmondo. Ces films sont plébicités par le public. Pour l'écriture des scénarios, il bénéficie de l'aide et de la complicité de sa fille, Danièle Thompson (fille qui fut le fruit de son union avec l'actrice Jacqueline Roman), elle-même future réalisatrice.

Un César d'Honneur en 1993

Image IPB
Ses deux collaborations avec Pierre Richard (La Carapate en 1978 puis Le Coup du parapluie en 1980) voguent sur le succès de ses précédents films, tout en accusant une légère perte de vitesse au box-office. Il continue d'appliquer son humour burlesque dans ses films suivants (La Vengeance du serpent à plumes, Vanille fraise, La Soif de l'or) mais le public n'est plus au rendez-vous. En 1993, le cinéaste reçoit le César d'Honneur. Depuis, il se fait rare et n'a tourné que deux films : Fantôme avec chauffeur en 1995, où il réactualise le duo d'acteurs, en confiant à Philippe Noiret et à Gérard Jugnot les rôles principaux, puis Le Schpountz en 1999, dans lequel il aborde les sujets du racisme et de l'intolérance. Auteur d'une pièce de théâtre (Arrête ton cinéma en 1977), Gérard Oury a publié deux autobiographies : Mémoires d'éléphant en 1988 et Ma Grande Vadrouille en 2001.

#64 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 559
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 21 juillet 2006, 11:56

Alors tout le monde a déjà oublié. blblbl

#65 L'utilisateur est hors-ligne   nana 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 297
  • Inscrit(e) : 12-août 05
  • Gender:Female
  • Location:FECAMP

Posté 21 juillet 2006, 12:02

non, on ne peut pas oublier GERARD OURY ,tres grand realisateur !!!!!!

#66 L'utilisateur est hors-ligne   Victoire Lescure 

  • Matelot
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 383
  • Inscrit(e) : 14-janvier 04
  • Gender:Male
  • Location:Rome

  Posté 21 août 2006, 21:21

Dans un autre genre, je déclare aimer les pandas...et vous remarquerez qu'ils posent! :bateauvoile:


PANDAS

#67 Invité_azertyuiop_*

  • Groupe : Passager

Posté 01 septembre 2006, 10:05

Voir le messageVictoire Lescure, le 21/08/2006 - 21:21, dit :

Dans un autre genre, je déclare aimer les pandas...et vous remarquerez qu'ils posent! :poissonbleu:
PANDAS



Dans un autre genre aussi .
moi je suis fan de jaco l' tourto
c' est le seul à avoir du caractère .
c' est le seul qui mérite la reconnaissance de boumentiste . lechef
à côté de lui vous paressez bien petit . :poissonrouge:

#68 L'utilisateur est hors-ligne   L'Echo des boucanes 

  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 9
  • Inscrit(e) : 16-avril 06

Posté 01 septembre 2006, 10:59

Voir le messageazertyuiop, le 01/09/2006 - 11:05, dit :


à côté de lui vous paressez bien petit . :poissonrouge:


les petits ne discutent pas avec les brouettes, ils les poussent :poissonbleu:

#69 L'utilisateur est hors-ligne   l'ramendeux 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 11 259
  • Inscrit(e) : 21-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:né a FECAMP

Posté 01 septembre 2006, 12:32

regarde l ' invite et prends en pour ta semaine :poissonrouge: :poissonbleu: :blink: blblbl blblbl blblbl blblbl eyes ;-) :(

#70 L'utilisateur est hors-ligne   jaco l' tourto 

  • Matelot
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 929
  • Inscrit(e) : 12-mars 06
  • Gender:Male
  • Location:dans le trou du quin! (si si !)

Posté 01 septembre 2006, 12:52

Voir le messageazertyuiop, le 01/09/2006 - 11:05, dit :

Dans un autre genre aussi .
moi je suis fan de jaco l' tourto
c' est le seul à avoir du caractère .
c' est le seul qui mérite la reconnaissance de boumentiste . lechef
à côté de lui vous paressez bien petit . :poissonrouge:



Alors comme ca j' ai des fans !!
:poissonbleu: env3

#71 L'utilisateur est hors-ligne   skelettor 

  • Pilier de comptoir
  • Groupe : Administrateurs
  • Messages : 427
  • Inscrit(e) : 09-novembre 03
  • Gender:Male
  • Location:Paris/Meudon

Posté 01 septembre 2006, 13:02

Voir le messagejaco l' tourto, le 01/09/2006 - 13:52, dit :

Alors comme ca j' ai des fans !!
:poissonbleu: env3

J'ai plutot l'impression que c'est plutot un petit dédoublement de personnalité de ta part :blink:
Sans rancune :poissonrouge:

@+

#72 L'utilisateur est hors-ligne   TITI83 

  • Captaine
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 123
  • Inscrit(e) : 03-janvier 06
  • Gender:Male

Posté 01 septembre 2006, 13:03

YES Et moi j'en pince pour toi :poissonrouge:

[color="#FF6666"]YES
Et moi j'en pince pour toi :poissonbleu:

#73 L'utilisateur est hors-ligne   l'ramendeux 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 11 259
  • Inscrit(e) : 21-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:né a FECAMP

Posté 01 septembre 2006, 13:22

et bin tant pis port toi le TOURTEAU :poissonrouge:

LE PROCHAIN COUP¨ TU TE PLANQUERAS PAS


MAIS EVITE DE ME PINCER EST SENSIBLE PAR LA :poissonbleu:

#74 L'utilisateur est hors-ligne   nana 

  • Amiral
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 297
  • Inscrit(e) : 12-août 05
  • Gender:Female
  • Location:FECAMP

Posté 01 septembre 2006, 13:56

J'ai plutot l'impression que c'est plutot un petit dédoublement de personnalité de ta part :poissonrouge:


je crois que c'est pire que ça, c'est un detriplement de la personnalité, je ne sais pas si ça existe, un tourteau a

triple ecalle,mais on en a un sur le bout menteux!!!!et il nous fait bien rigoler :poissonbleu: :blink: blblbl

#75 L'utilisateur est hors-ligne   Charlotte 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 5 974
  • Inscrit(e) : 07-mars 05
  • Gender:Female
  • Location:Au bout du Monde !!!

Posté 02 octobre 2006, 09:30

Emission ce matin sur Europe 1 : Anita Conti up

J'ai pris, c'était la fin ....... whaaaa leraleur leraleur ça devait être très intéressant. :angry:

#76 L'utilisateur est hors-ligne   Zébulette 

  • Amiral
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 742
  • Inscrit(e) : 04-mars 06
  • Gender:Female

Posté 29 octobre 2006, 18:58

Aujourd'hui, 25 ème anniversaire de la disparition de Georges BRASSENS up pour votre oeuvre...

#77 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 559
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 23 novembre 2006, 20:32

Décès de Philippe Noiret. (ventilo)

Actualité

#78 L'utilisateur est hors-ligne   Zébulette 

  • Amiral
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 742
  • Inscrit(e) : 04-mars 06
  • Gender:Female

Posté 23 novembre 2006, 20:36

Voir le messageclark, le 23/11/2006 - 20:32, dit :

Décès de Philippe Noiret. blblbl

Actualité


Je viens de l'entendre et suis vraiment bien attristée par cette nouvelle.... On perd gros.... C'est un acteur hyper diablee <!.... Enfin, c'est mon avis...
(ventilo) Mr NOIRET...

#79 L'utilisateur est hors-ligne   Morphéus 

  • Pilier de comptoir
  • Voir la galerie
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 8 260
  • Inscrit(e) : 08-février 06
  • Gender:Female
  • Location:fécamp

Posté 23 novembre 2006, 20:47

(ventilo) moi aussi j'aimais bien Phillipe Noiret <!

#80 L'utilisateur est hors-ligne   rosette 

  • Bosco
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 839
  • Inscrit(e) : 25-septembre 03
  • Location:chez moi ..

Posté 23 novembre 2006, 21:43

tres grand personnage ...j'aimais bien aussi Mr phillipe noiret (ventilo)

#81 L'utilisateur est hors-ligne   L'décolleux 

  • Amiral
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 2 804
  • Inscrit(e) : 14-novembre 04
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 23 novembre 2006, 21:49

Voir le messageclark, le 23/11/2006 - 20:32, dit :

Décès de Philippe Noiret. (ventilo)

Actualité

Merci Clarck pour le lien. Moi aussi j'aimais bien.

#82 L'utilisateur est hors-ligne   TITI83 

  • Captaine
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 123
  • Inscrit(e) : 03-janvier 06
  • Gender:Male

Posté 24 novembre 2006, 07:51

Adieu RIPOUX..... blblbl (ventilo) <! diablee

#83 L'utilisateur est hors-ligne   gehan 

  • Bosco
  • Voir la galerie
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 709
  • Inscrit(e) : 21-avril 06
  • Gender:Male
  • Location:Toussaint

Posté 24 novembre 2006, 09:43

Inoubliable dans "LE VIEUX FUSIL" entre autres

#84 L'utilisateur est hors-ligne   Victoire Lescure 

  • Matelot
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 383
  • Inscrit(e) : 14-janvier 04
  • Gender:Male
  • Location:Rome

Posté 25 novembre 2006, 13:36

C'était un homme bien, je l'aimais beaucoup, élégant, fin...comme Rochefort. J'ai appris la nouvelle et les bras m'en sont tombés. Foutue maladie :(

#85 L'utilisateur est hors-ligne   LE MALOUIN 

  • Captaine
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 271
  • Inscrit(e) : 09-février 06
  • Gender:Male
  • Location:Fécampois exilé en Bretagne

Posté 25 novembre 2006, 14:09

Voir le messagegehan, le 24/11/2006 - 9:43, dit :

Inoubliable dans "LE VIEUX FUSIL" entre autres


Et la belle ROMY, un film très émouvant !

#86 L'utilisateur est hors-ligne   clark 

  • Amiral
  • Groupe : Modérateur
  • Messages : 3 559
  • Inscrit(e) : 11-juin 03
  • Gender:Male
  • Location:Fécamp

Posté 04 décembre 2006, 11:08

Je me demandais qui était "Jean Bouin" comme nous avions une salle de sport et une piscine à son nom qui ont disparu et maintenant une salle des fêtes à ce nom. donc voilà je vous fait partager ma recherche...

Extrait du net

Jean Bouin : "Comment on devient champion de course à pied"

Image IPB


Barcelone - Espagne - mois de Novembre. Dans les rues de la capitale Catalane des milliers d'athlètes courent devant plus de 300 000 spectateurs. Le nom de l'épreuve qu'ils sont en train de réaliser : le Gran Premio Jean Bouin.
Depuis plus de 80 ans cette prestigieuse course barcelonaise porte le nom d'un sportif du début du siècle.

Jean Bouin fut le premier athlète français à être officiellement recordman du monde en course à pied. Mais est-ce une raison suffisante pour rendre compte de la popularité extraordinaire de cet athlète mort pour la patrie à l'âge de 26 ans ?

Derrière un palmarès impressionnant se cache un homme atypique. Un être en avance sur son temps, tant au niveau de l'entraînement, que de sa vision du sport. Entraînement structuré, manager, masseur….Jean Bouin se donnait les moyens de la réussite.


La découverte de la course à pied
Né à Marseille en 1888, Jean Bouin pratiqua très tôt de nombreux sports (natation, escrime, gymnastique….). Dès son plus jeune âge, il déborde d'énergie. Pendant les récréations, il fait des tours de cour, ce qui agace son instituteur, Joseph Pagnol (le père de Marcel). Un jour, ce dernier laissa échapper sa colère et lui dit "Arrête de courir grand fada. Va jouer aux billes avec tes copains. Courir cela ne te rapportera jamais rien !"
A 15 ans déjà, Jean Bouin est fasciné par les exploits des coureurs à pied. Il va observer les meilleurs coureurs locaux qui s'entraînent dans un parc à Marseille. Il prend la foulée de Louis Pautex, le tout récent vainqueur du marathon de la ville, et tente de maintenir la distance. Voyant un gamin accroché à ses basques, le champion local l'encouragea alors à s'entraîner.
Afin de mieux se faire remarquer, Bouin crée avec quelques camarades de son école un club scolaire, l'athlétique club de l'école de l'industrie.
Ses qualités et ses nombreuses victoires vont rapidement le faire sortir du lot, à tel point qu'il se fait remarquer par un banquier qui l'embauche en tant que coursier.

Une approche novatrice de l'entraînement
Avec l'aide de son entourage, Jean Bouin, met en place un entraînement très complet associant l'aspect purement course avec tout ce qui a trait à l'alimentation et à l'hygiène de vie.

En 1912 il écrit un livre traitant à la fois de l'entraînement, de l'hygiène de vie et de ses propres résultats en course à pied. Le tire de ce livre : "Comment on devient champion de course à pied".
Bien qu'enraciné dans son époque, on peut retrouver dans l'entraînement de Jean Bouin les trois points clés de l'entraînement, à savoir : la spécificité, la progressivité et la diversité.
Pour s'en assurer, citons quelques passages de ce livre.

La spécificité
Concernant la spécificité et plus particulièrement la spécificité de la course à pied Jean Bouin mettait en garde contre une pratique trop précoce, inadaptée à l'individu. "Son influence sur tout l'organisme est énorme ; et sur les poumons son efficacité est telle qu'elle devrait être par tous suivie ; elle leur donne la plus grande puissance respiratoire, leur développement complet."
Toutefois, pour Jean Bouin la pratique de la course ne doit pas se faire dans n'importe quelles conditions. " la course à pied ne doit être pratiquée qu'au moment du développement normal des muscles chez l'adolescent, c'est à dire vers la dix septième ou dix huitième année. Commencer plus tôt l'effort serait le rendre dangereux, puisqu'il porterait sur des organes encore incomplètement formés. Cela ne veut pas dire qu'avant cet âge on doit s'interdire de courir, mais bien plutôt qu'il faut, avant cette période, courir sans effort, courir pour courir et non pour s'affirmer le meilleur."
Son approche de l'entraînement était différente selon les compétitions abordées. Cross country et piste nécessitent des entraînements différents. "parce que cette épreuve est infiniment variée d'aspects, elle apparaît comme la plus intéressante. (…..) Il faut s'entraîner en compagnie. Les parcours sont durs, assez longs . Ces séances n'ont lieu qu'une seule fois par semaine. Entre deux parcours, les coureurs peuvent s'essayer sur la piste à plein train, ils retrouveront la vitesse de jambes que le parcours de cross ne peut favoriser." Spécificité et diversité se retrouvent dans ce passage.

Spécificité et progressivité
Dans le registre de la spécificité, Jean Bouin ne s'entraînait pas de la même façon à l'approche d'une compétition. "je m'entraîne deux fois par jour lorsque j'ai en vue une grande épreuve, en augmentant au fur et à mesure les distances parcourues. Chacune des séances se terminant par 2,5 km de marche, la marche étant en cette occasion, la régulatrice des mouvements du cœur et des muscles qui ne doivent cesser subitement le travail qui leur est imposé". Ah les bienfaits de la récupération active…
Entre spécificité et progressivité ; cette dernière caractéristique étant induscutable pour cet exemple.

Diversité
Dans le registre de la diversité, Jean Bouin ne faisait pas que courir. Sa préparation était complète. Premier adepte de l'entraînement quasi quotidien, il pratique la culture physique générale matin et soir (grimper aux arbres, porter des troncs d'arbres, lancer des cailloux…) entrecoupée de sprints. Il court à travers les forêts, sur des terrains variés et vallonnés, couvre jusqu'à 20km par jour.

Outre le contenu des séances, Bouin aimait à se donner des handicaps à l'entraînement par rapport aux compétitions. "je ne cours pas lors d'une épreuve dans les mêmes conditions vestimentaires qu'à l'entraînement et le handicap qui m'est imposé dans mes essais préparatoires, me laisse, lorsqu'on le supprime, avec un supplément de ressource. Je m'entraîne sans mes poignées de liège, avec des chaussures lourdes, un gros maillot de laine. Le jour de la course, je connais , grâce à mon maillot de soie, à ma chaussure légère, à mes poignées, une liberté d'action beaucoup plus grande."

En plus d'un entraînement poussé, Bouin savait aussi user de psychologie en course afin de mieux dominer ses adversaires. " Je me rappelle avoir gagné ainsi une course très importante. Plus fatigué que mon adversaire qui arrivait à ma hauteur, j'eus la présence d'esprit, à 20 mètres du poteau, alors qu'il allait me dépasser, de le regarder en souriant. Il vit dans ce sourire la certitude que j'étais plein de ressources et que je m'amusais. Comme à ce moment là j'allongeais insensiblement ma foulée, je coupai la ligne d'arrivée avec deux mètres d'avance !"

L'hygiène de vie
En plus de s'entraîner physiquement, Bouin s'imposait une hygiène de vie très stricte.
"Se coucher tôt, se lever de même", des savants ont affirmé que c'était là la source de la vigueur, l'origine de la résistance et le secret de la vieillesse. Il faut y croire et suivre cette formule pendant la période d'entraînement.(….). Aussitôt levé et plutôt que de vous étirer paresseusement, ouvrez largement votre fenêtre, si elle ne l'est déjà, adoptez la tenue d'Adam avant la rencontre d'Eve et commencez quelques exercices de gymnastique suédoise." On retrouve ici les grands principes hygiénistes de l'époque, véhiculés notamment par la gymnastique suédoise (attitude, respiration).
La place et le rôle de l'alimentation est très important pour Bouin, "l'hygiène de chacun est personnelle ; elle varie donc. Il apparaît évident que l'alimentation, notamment, ne peut être exactement déterminée ; tels aliments conviennent aux uns qui sont désagréables aux autres ; c'est leur digérabilité qui doit dicter leur emploi. Mais il est nécessaire, pendant la période d'entraînement d'observer certains principes. Ils ont leur raison dans l'énorme appétit que provoquent le travail physique, le grand air, le mouvement. La jeunesse aidant, la capacité stomacale de certains sujets devient énorme. Elle peut être dangereuse ; et c'est pour cela qu'il ne faut point la forcer."
Jean Bouin a son alimentation propre.
"Mon alimentation consiste en viandes grillées, légumes cuits, purées de légumes, toutes choses facilement assimilables; jamais de vins capiteux (qui enivrent) , jamais de champagne, excitant immédiat, mais néfaste par la suite. Pas d'alcool non plus et pas de fumée. Tout n'est pas rose, on le voit, et il est des privations qui exigent une certaine force de caractère."
Afin de palier cette dure abstinence, la cigarette sera remplacée par un cure dent. L'alcool n'est néanmoins pas totalement banni de l'entraînement de Jean Bouin. Pour mieux récupérer des séances lors de son séjour en Suède en 1913; et suite à la lecture des notes d'entraînement d'un grand boxeur de l'époque, il se préparait à la fin des séances un petit gin bien chaud auquel il ajoutait un peu de citron et de sucre.

Les soins accordés au corps font aussi partie de l'entraînement de Bouin. Il passe notamment dès qu'il le souhaite entre les mains expertes d'un ami masseur. Bouin a conscience de l'utilité d'entretenir, de soigner son corps. "Le pied est pour le coureur l'aboutissant de tout; il lui faut des soins particuliers qui le laisseront prêt à supporter toutes les fatigues. (….) Il ne faut se laver les pieds que modérément; par là il faut entendre qu'on ne doit point les tremper longuement dans l'eau qui les attendrit, mais les humecter simplement pour les conserver en état de stricte propreté."

Bouin fut un des premiers coureurs que l'on peut considérer professionnel au niveau de la façon d'aborder ce sport. Il avait une approche rationnelle de l'entraînement et de la vie d'un athlète. La mise en œuvre de cette approche fut possible grâce à la symbiose du couple entraîneur/athlète.

L'entraîneur
Chroniqueur dans un quotidien marseillais, Arthur Gibassier fut le manager et conseiller bénévole de Jean Bouin. Il savait aussi bien organiser la complexité d'un entraînement que donner des conseils simple à son poulain, comme par exemple, de prendre le départ d'une course avec un caillou sous sa langue afin de faciliter la salivation. Gibassier ira aussi plaider la cause de Jean Bouin devant l'USFSA (l'instance dirigeante du sport amateur) afin de démontrer que ce dernier n'était nullement un professionnel. "Gibassier est pour moi un merveilleux pilote, qui écarte de ma route tous les écueils, qui me mène droit au port et qui est plus heureux que moi, je crois, lorsque je l'atteins."

Records et performances sur la Cannebière.
Ses performances vont rapidement dépasser les quartiers de Marseille.
4ème du national de cross en 1906 et 1907, il remporte le titre en 1909. Il renouvellera les victoires jusqu'en 1912.
Sur le plan international, en 1909, il finit second du cross des nations qui fait office de championnat de Monde. Il gagnera cette course de 1911 à 1913.
Sur la piste, Jean Bouin n'est pas en reste. S'essayant du 800 m au 10 000 m à ses débuts, il se spécialisera plus sur le demi-fond long par la suite.
Mais ses deux exploits les plus marquants eurent lieu en Suède, sur la piste du stade de Stockholm.
Le premier se déroula lors des jeux olympiques de 1912, sur 5000 m. Opposé au finlandais Kolehmainen en finale, Jean Bouin mena un train ultra rapide. Seul son adversaire finlandais réussit à le suivre, prenant de temps en temps le relais de cette course folle. En tête à la cloche, et dans la dernière ligne droite, Jean Bouin vit remonter centimètre par centimètre son adversaire qui le devança de 70cm à l'arrivée. Le temps du vainqueur était de 14'36"6, soit 25 secondes de moins que le précédent record du Monde !! Jean Bouin était crédité de 14'36"7, record de France qui ne sera battu qu'en 1948.

Son deuxième exploit eu lieu toujours sur cette même piste , en 1913. L'ambition de Jean Bouin était de battre le record du monde de l'heure, amateur et professionnel confondu. Le 6 juillet, il se met au départ en compagnie de 31 autres coureurs. Il passe au 10 000 m en 31'27, puis au 15 km en 47'18 (record du monde) en ne cessant de doubler ses concurrents. Au signal annonçant la dernière minute, Jean Bouin accéléra et accéléra encore. 19,021km !! le précédent record (18,878) était bel et bien battu. Ce record de France ne fut battu qu'en 1955 par Mimoun.

Cette carrière s'est malheureusement prématurément arrêtée par une sombre journée de septembre 1914. Chargé de faire le messager du front, il fut tué suite à une erreur de tir de l'artillerie française. Il n'avait que 26 ans et une belle carrière devant lui.

#87 L'utilisateur est hors-ligne   LE MALOUIN 

  • Captaine
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 271
  • Inscrit(e) : 09-février 06
  • Gender:Male
  • Location:Fécampois exilé en Bretagne

Posté 07 décembre 2006, 14:44

Voir le messageclark, le 04/12/2006 - 11:08, dit :

Je me demandais qui était "Jean Bouin" comme nous avions une salle de sport et une piscine à son nom qui ont disparu et maintenant une salle des fêtes à ce nom. donc voilà je vous fait partager ma recherche...


Merci pour cet article CLARK <_< , en effet on ne connaissait pas son parcours, il était très
en avance sur son époque merciii très impressionnant blblbl

Un autre grand sportif français signalé sur ton article : Alain MIMOUN

Image IPB

#88 L'utilisateur est hors-ligne   bertransistor 

  • Bosco
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 714
  • Inscrit(e) : 18-juin 05
  • Gender:Male

Posté 07 décembre 2006, 17:16

mimoun ,le dieu vivant des stades <_< , et une petite pensée pour son éternel concurent ZATOPEK merciii

#89 L'utilisateur est hors-ligne   bertransistor 

  • Bosco
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 714
  • Inscrit(e) : 18-juin 05
  • Gender:Male

Posté 23 décembre 2006, 20:17

bientôt noel <faim
le 25/12/1977 s'éteint à vevey en suisse charles spencer CHAPLIN <faim né le 16 /04/1889 dans un quartier pauvre de londres
lui qui aura fait rire des millions de gens ,il les fera pleurer un 25 décembre ,jour de la fête de noel
le plus grand comédien repose désormais chez lui en suisse ,je voulais le rappeler car il le mérite bien >faim
ps:allez donc voir l'article qui lui est consacré sur wikipedia :d1ng: :d1ng: :d1ng:

#90 L'utilisateur est hors-ligne   LE MALOUIN 

  • Captaine
  • Groupe : Membre d'équipage
  • Messages : 1 271
  • Inscrit(e) : 09-février 06
  • Gender:Male
  • Location:Fécampois exilé en Bretagne

Posté 23 décembre 2006, 22:37

Voir le messagebertransistor, le 23/12/2006 - 20:17, dit :

bientôt noel <faim
le 25/12/1977 s'éteint à vevey en suisse charles spencer CHAPLIN <faim né le 16 /04/1889 dans un quartier pauvre de londres
lui qui aura fait rire des millions de gens ,il les fera pleurer un 25 décembre ,jour de la fête de noel
le plus grand comédien repose désormais chez lui en suisse ,je voulais le rappeler car il le mérite bien >faim
ps:allez donc voir l'article qui lui est consacré sur wikipedia :d1ng: :d1ng: :d1ng:


C'était la vedette aussi des premiers films que l'on voyait à l'école, comme les LAUREL et HARDY,
même sans parole, on se régalait et ça marque up

  • (24 Pages)
  • +
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • Dernière »


Réponse rapide

  

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)